La communauté au jour le jour...

Faire-part de Soeur Marie Daniel du Christ Roi

Le 16 janvier 2023, à l’hôpital de Jossigny (77)
notre Sœur Marie-Daniel du Christ Roi, née Nicole de Boisset de Torsiac est retournée à Dieu
dans sa 88ème année, la 65ème année de sa Profession.

 Notre sœur a grandi dans une famille nombreuse. Dès l‘enfance, elle fut atteinte de diabète. Ce diabète, si difficile à équilibrer, avec les renoncements qu’il exigeait, les temps d’hospitalisation, les malaises qu’il provoquait, fut le grand combat de sa vie.

Pour le reste, son chemin semble avoir été tout droit, dans la confiance et l’ouverture, bien borné par les exigences d’un choix de vie auquel elle s’appliquait : elle avançait vers le Christ, suivant sa devise : Duc in altum (avance au large). Deux de ses tantes étant religieuses, dont l’une à l’abbaye de Chantelle, son contexte familial lui a permis de découvrir sa vocation. Un choix que sa maladie semblait lui interdire. Pourtant, étudiante, elle allait à la messe chaque jour, jusqu’à ce qu’elle prenne conscience que Dieu seul pouvait satisfaire sa soif de Lui, et que cet amour ne pouvait être partagé.

Elle alla finalement faire une retraite à Brou, où notre Mère fondatrice, cherchant à la faire sortir d’une réserve timide, l’interrogea : ‘Enfin, que venez-vous chercher ? Le silence ? la prière ?  l’office ?’ Elle répondit : ‘le Christ !’ et fut assurée qu’elle le trouverait en tout.

Notre sœur était habile manuellement, elle travailla beaucoup à la couture, même si elle avait besoin qu’on la laisse s’organiser à sa manière, peut-être pas très ordonnée. Elle avait aussi de bonnes possibilités intellectuelles, qu’elle mit au service de la Congrégation pour la liturgie : c’est à elle que nous devons la richesse et la variété de nos lectionnaires patristiques auxquels elle travailla, tant pour la recherche de textes que pour leur mise en page, pendant des années et jusqu’il y a deux ans.

Ses nombreuses lectures, parfois difficiles, d’autre fois plus spirituelles, ont entretenu son agilité intellectuelle et son désir spirituel. Elle était surtout d’une grande délicatesse fraternelle, souriante, appréciant aussi bien la prière commune, que les temps de détente fraternels. Avec l’âge, elle collectionna les pathologies, au point que les médecins s’étonnaient qu’elle soit encore en vie. Elle envisageait la mort avec simplicité, même si elle espérait réchapper de l’infection pulmonaire qui lui fut finalement fatale. Elle put recevoir le sacrement des malades deux jours avant son décès.

 

Vigiles des défunts célébrées au Monastère Saint-Joseph le 17 janvier 2023 à 20h30
Messe des Obsèques célébrée au Monastère Saint-Joseph le 19 janvier 2023 à 14h00

Faire part Soeur Marie Thérésia

Le 31 décembre 2022, à l’abbaye de Faremoutiers

notre Sœur Marie-Thérésia de l’Enfant Jésus Nguyên Thi Luu est retournée à Dieu la veille de son 86ème anniversaire, dans la 65ème année de sa Profession.

Notre sœur Marie-Thérésia est venue de son lointain Viet Nam rejoindre notre Congrégation en 1955, voulant répondre à l’appel du Seigneur malgré une vue basse.

Elle était âgée de 18 ans à son arrivée en France, et avait déjà vécu des bouleversements dus à la situation politique de son pays. Elle gardait le souvenir d’une fuite de nuit, durant laquelle, enfant, on ne lui avait pas laissé le temps d’emporter son pyjama neuf. Son frère aîné fut tué à la guerre, et elle porta toujours le souci de sa famille qui connut une grande précarité et la faim pendant bien des années.

Au début de sa vie monastique, Sœur Marie-Thérésia se montra courageuse, travailleuse et joyeuse, bien qu’elle eût souvent à gérer des charges de travail trop lourdes pour elle. Elle avait du mal à communiquer sans que l’on sache si cela était dû à la difficulté de la langue française, ou à sa différence culturelle, et a vraisemblablement longtemps porté un sentiment d’isolement. Elle s’est sentie plus à l’aise dans les petites communautés.

C’est dans notre prieuré des Pays Bas qu’elle s’épanouit le plus, au point qu’elle choisit de demander la nationalité de ce pays. Elle y resta trente-trois ans, y appris notamment à jouer de l’orgue.  Elle était très douée manuellement, et a effectué de nombreux travaux d’artisanat et aussi du secrétariat. Une de ses grandes joies était que la communauté vietnamienne de Brunssum se réunissait régulièrement au prieuré, à l’occasion du nouvel an chinois, par exemple.

À la fermeture de cette communauté, elle revint en France, et partagea ses talents à Nans, St James et enfin à Brou, où elle retrouva avec plaisir des Sœurs avec lesquelles elle avait vécu à Brunssum.  Lors des travaux de notre ascenseur en 2021, elle avait demandé à rester à Brou, mais des difficultés d’orientations, doublées d’une grande fatigue, se firent envahissantes. La communauté de Faremoutiers put rapidement l’accueillir pour un séjour temporaire, mais lorsqu’elle revint à Brou, ses repères s’étaient encore plus effacés et elle demanda à retourner à Faremoutiers. Elle s’alita pendant les antiennes Ô, montrant une grande paix, affrontant courageusement la situation et vivant par toute son attitude sa devise : ‘le Seigneur est ma force et ma gloire’. Sœur Marie-Thérésia de l’Enfant Jésus n’a pas attendu la fin de l’Octave de Noël pour s’en aller vers le Seigneur.

Messe des Obsèques célébrée au Monastère Saint-Joseph le 05 janvier 2023 à 14h30.

 

-------------------------------------------------------

Faire-part de Faremoutiers


Le 31 décembre 2022,
après les premières Vêpres de la fête de la Mère de Dieu.
Sœur Marie-Thérésia NGUYEN,
Sœur bénédictine de Jésus Crucifié, s’est endormie dans la Paix du Seigneur
dans la 86ème année de son âge et la 65ème de son engagement monastique.

Arrivée du Vietnam en 1955, elle rejoint la Congrégation de Jésus Crucifié, voulant répondre à l’appel du Seigneur malgré sa mauvaise vue. Agée de 18 ans à son arrivée en France, notre sœur était meurtrie par les événements douloureux de son pays. Son frère aîné fut tué à la guerre, et elle porta toujours le souci de sa famille qui connut une grande précarité et la faim pendant bien des années.
Au début de sa vie monastique, Sœur Marie-Thérésia se montra courageuse, travailleuse et joyeuse, bien qu’elle eût souvent à gérer des charges de travail bien lourdes pour elle.

C’est dans le prieuré des Pays Bas qu’elle s’épanouit le plus, au point qu’elle choisit de demander la nationalité de ce pays. Elle y resta trente-trois ans, y appris notamment à jouer de l’orgue. Elle était très douée manuellement, et a effectué de nombreux travaux d’art (en particulier de magnifiques dessins à l’aiguille) et aussi du secrétariat.

À la fermeture de cette communauté, elle revint en France, et partagea ses talents à Nans, St James et enfin à Brou, où elle retrouva avec plaisir des Sœurs avec lesquelles elle avait vécu à Brunssum. Elle rejoignit la communauté de Faremoutiers en avril 2021 en raison de la diminution de ses facultés. Son adaptation à ce nouvel environnement fut longue, mais petit à petit elle adopta de tout cœur les sœurs que le Seigneur lui a donné à Faremoutiers, profitant pleinement de la vie liturgique et communautaire.

Elle s’alita au moment des grandes Ô, montrant une grande paix, affrontant courageusement l’inconfort de la maladie et vivant par toute son attitude sa devise : ‘le Seigneur est ma force et ma gloire’. Elle rendit son âme au Seigneur dans la lumière de la Nativité, fête qu’elle affectionnait particulièrement.

La Messe d’A Dieu sera célébrée le jeudi 5 janvier 2023

  • à 11 heures 15 à Faremoutiers
  • à 14 heures 30 à Brou sur Chantereine

Elle sera ensuite inhumée dans le caveau de la communauté à Brou.
La communauté des Sœurs de Faremoutiers et son équipe
et la communauté des Sœurs de Jésus Crucifié de Brou sur Chantereine la confient à votre prière.

Profession de Soeur Sarah : le 13 octobre 2019

 chant du Suscipe

 
prosternation pendant la litanie des saints

Bénédiction finale
le déjeuner
Sr Sarah avec Mgr Nahmias et sa famille venue du Kenya pour l'occasion